es-tu-un-mouton-de-la-consommation

Es-tu un mouton de la consommation ?

Es-tu un consommateur mouton ?

Introduction éditoriale d’Etik Mag :

Tribune Etik offre une parole libre autour d’un questionnement éthique à un invité, chaque mois.

Nous pouvons, nous-même, à titre de directeurs ou responsables de publication, être en accord ou en désaccord avec les propos tenus par nos invités – ou y être plus ou moins sensibles : l’important, pour nous, est d’ouvrir une parole de qualité, argumentée, sincère et libre autour d’un sujet « éthique » (consommation, société, politique…) qui ouvre le dialogue ou fait débat.

L’intelligence dans la formulation, l’authenticité, les questions posées au-delà de la lecture sont les mots-clés.

Ici, Amélie nous propose de réfléchir à nos contradictions de consommateurs et à nous interroger plus en profondeur dans nos choix : le bio est-il forcément éthique ? l’abattage traditionnel n’est-il pas aussi créateur de souffrances que le halal ? le naturel est-il toujours sans danger ?

Et – ici nous nous rejoindrons tous : la télé et la pub nous veulent-elles du bien ?

Nous vous laissons découvrir la Tribune d’Amélie – et, pour aller plus loin, son auteure, que nous avons interviewée.

tribune-etik-parole-libre-etik-mag



Dans la vie, il y a des choses qui m’agacent. Dans mon travail, je suis souvent confrontée à l’une de ces choses : le client mouton. Pour moi, le mouton de la consommation, c’est ce brave consommateur lambda qui croit bien consciencieusement ce que lui martèle sa télé, et qui fait ses achats non par conviction, mais juste parce qu’on lui a dit quoi choisir… Ça donne lieu à des situations assez embarrassantes, voir carrément énervantes parfois !

consommateur-mouton-télé-pub-matraquage



Le bio à tout prix

Je vais mettre les choses au clair d’office, je ne suis pas anti-bio (ni anti quoi que ce soit évoqué dans cet article d’ailleurs). En fait je dirais plutôt que le bio m’indiffère dans le sens où j’utilise et consomme certains produits bio, mais ce n’est pas du tout un critère d’achat pour ma part.

De plus en plus, je deviens nerveuse quand j’entends un client se plaindre de ne pas trouver tel article bio, « parce que le bio c’est mieux quand même hein ! »


Mieux pour l’environnement ?

Vaut-il mieux acheter un kilo de tomates non bio au paysan du coin (qui aura mis des pesticides chimiques dans le sol), ou un kilo de tomates bio venues d’Espagne en camion (produites par un agriculteur qui aura mis des pesticides naturels dans le sol – et naturel ne veux pas dire non toxique – et aura engendré des émanations de gaz à effet de serre pendant son transport) ? Honnêtement je ne saurais pas répondre à cette question mais j’espère juste faire comprendre que le choix du bio n’est pas forcément le choix le plus respectueux de l’environnement

tomates-bio-local-consommateur-mouton-choix


Mieux pour la santé ?

Ben, pas forcément ! Parce que bio ne veut pas dire sain (eh ouais même si sur l’emballage y’a plein de jolie verdure dessinée). Parce que mon paquet de cookies, il aura beau être estampillé « bio » il en sera pas moins plein de gras, d’additifs, de sel, de sucre

cookies-bio-gras-sucre-sel-consommation

Mes cosmétiques bio, auront peut-être été testés sur des animaux et contiendront parfois des agents épaississants, odorants ou colorants, autant qu’un produit non bio…

bio-test-animaux-consommateur-mouton


Mieux pour les producteurs ?

Mon slip en coton bio, il est peut-être assemblé par des enfants dans un atelier de couture clandestin ! Oui je force le trait et je vois (peut-être) le mal partout !

bio-pas-toujours-fair-illustration-junsung-back

Mais je suis convaincue que le bio est trop auréolé de pureté dans l’esprit du consommateur, et qu’il faut voir au-delà de ce label…



Le désamour du gluten et du lactose au profit du soja

Les clients me demandent de plus en plus souvent où trouver des produits « sans gluten » ou « sans lactose ». Là je me dis que si vous êtes intolérants ou allergique, je comprends que vous supprimiez ces aliments de votre alimentation… Un produit sans lactose ou sans lait conviendra évidemment aux personnes sensibilisées aux sujets de la cruauté animale ou de l’impact écologique de l’industrialisation

Mais la plupart ne le font pas pour ça, c’est plus une question de mode !

Pour info, le gluten et le lactose sont des allergènes avérés, dangereux donc pour les personnes qui y sont allergiques, mais complètement inoffensives et utiles (à dose normale) pour le bon fonctionnement de l’organisme du consommateur lambda. Pourquoi diable vouloir les supprimer ?

sans-gluten-consommateur-mouton

Là encore je n’ai rien contre les gens qui tiennent à réduire leur consommation en gluten ou en produits laitiers, si vous y trouvez un bien-être, tant mieux ! Chacun voit midi à sa porte comme on dit !

Mais par pitié agissez par conviction, pas pour suivre le troupeau !

Parce que si on supprime des choses de notre alimentation il va bien falloir les remplacer… *roulements de tambours * … Pour votre bien-être mesdames, messieurs, j’annonce ouverte l’ère du soja ! Qu’on en mette partout surtout !

Alors pour paraphraser ce que j’ai écrit quelques lignes plus haut : Le soja est un allergène avéré, dangereux pour les personnes qui y sont allergiques, mais complètement inoffensif et utile (à dose normale) pour le bon fonctionnement de l’organisme du consommateur lambda. Pourquoi diable vouloir en coller partout ?

soja-partout-consommateur-mouton

A ce train-là, dans 10 ans le nombre de personnes allergiques / intolérantes au soja rejoindra la proportion des intolérants / allergiques au gluten, et on diabolisera le soja au profit d’un autre aliment…

Là encore, je ne suis ni pour ni contre le soja. J’en ai juste un peu assez qu’on fasse l’éloge de certains produits pour en diaboliser d’autres arbitrairement.

Je pense qu’on peut manger de tout sans se priver et rester en bonne santé du moment qu’on est modéré et qu’on équilibre les choses ! Ce n’est pas plus compliqué !



Le sans paraben, sans bisphénol, sans (…)

Petite anecdote vécue il y a quelques années : Je suis au milieu des dentifrices pour un contrôle de prix quand une cliente m’interpelle :

« Bonjour Madame, je cherche du shampooing sans truc-machin-bidule

Pardon ? Sans quoi ?

Ben je ne sais pas, j’ai vu la pub à la télé, ils disaient qu’il n’y avait pas de ce trucmuche dedans mais je ne sais pas ce que c’est…

Vous connaissez le nom ou la marque du produit ?

Ben non mais c’est celui-là que je veux, il me le faut ! »

Est-ce que j’ai besoin de préciser que je n’ai jamais trouvé son shampooing « sans truc et de marque inconnue » qu’il lui fallait absolument pour une raison obscure ?

additifs-cosmetiques-consommateurs-moutons

Ben oui, je ne vois pas bien – et elle non plus c’est certain – pourquoi elle ne voulait pas de ce fameux « truc » dans son shampooing, puisqu’elle ignorait ce qu’était le truc en question, parabène ? phtalates ? Aucune idée ! Mais la télé lui avait dit que c’était vraiment une substance pas bien !

La télé lui avait dit d’acheter ce produit, alors elle le voulait !

Là encore je ne nie pas que certaines substances puissent être dangereuses pour notre santé, mais arrêtons un peu d’être à la merci des médias

Il y a quelques mois encore, on s’est retrouvés en rupture de stock de déodorants « sans sels d’aluminium » parce que les journalistes relayaient en masse une étude concernant le lien entre sels d’aluminium et cancer

Sauf que les résultats de cette étude sont connus depuis des années

sels-aluminium-cancer-consommateur-mouton-etik-mag

Et tout d’un coup parce que les médias n’ont rien d’autre à se mettre sous la dent c’est une affaire d’état et on se rue sur les pauvres pierres d’alun qui n’ont rien demandé à personne et qui sont tellement cool et tellement naturelles ! (sauf que certaines contiennent…suspens… des sels d’aluminium ! Mais chut, c’est une autre histoire !)



Halal ? Moi jamais !

Je finirais sur un sujet un peu à part, mais qui prouve la bêtise, l’ignorance, voir la mauvaise foi des gens sur certains points. Je vous plante le décor : je suis dans le rayon Halal pour contrôler les dates de consommations quand une dame d’une soixantaine d’années m’interpelle :

« Bonjour Madame je cherche du « jambon de poulet » de la marque X en paquets de deux tranches, je n’en trouve pas dans le rayon, vous comprenez je vis seule, acheter plus que deux tranche ce serait trop pour moi … blablabla…» (oui la petite dame aime te raconter sa vie, et comme t’es polie tu l’écoutes en hochant la tête…)

Je donne un coup de fil au chef de rayon qui me dit qu’il est en rupture de stock sur cette référence, mais qu’elle trouvera un produit équivalent (même marque, même contenance) au rayon Halal (Ah ben ça tombe bien, je suis devant, dis-donc !) Je transmets le message à la cliente, voici sa réponse outrée :

« Madame pour qui me prenez-vous ! C’est inconcevable ! Je suis contre la cruauté animale ! Je refuse qu’on égorge les animaux ! »

Sur ce elle tourne les talons, me laissant là sans voix…

Dans toute ma carrière dans la grande distribution, je crois que c’est le truc le plus con que j’ai entendu de la part d’un client. La dame devait sans doute penser qu’on chantait des chansons douces à son petit poulet pour l’endormir sereinement avant de lui tordre le cou à l’ancienne

moi-jamais-consommateur-mouton-croyances-alimentaires-abattage

Que nenni ! Ben non madame, sachez que la plupart des poulets industriels sont électrocutés (pour les anesthésier) puis égorgés, qu’ils soient Halal ou pas (et même les poulets bio, et toc !)

Madame, que vous ne vouliez pas acheter de produits Halal, c’est votre droit, mais ne me sortez pas de fausses excuses… (Bon appétit à toi l’inconscient qui lisait cet article en mordant à belles dents dans un poulet / mayo) …



Je vais m’arrêter là et aller me faire infuser une camomille pour me calmer (pas bio hein !)

camomille-amelie-lorier-tribune-mouton-de-la-consommation-etik-mag

Cher consommateur, sache que la télévision te dit ce qu’elle a envie de te dire et que la plupart du temps quand elle te dit « Mange bio ! » « Mange français ! » « Mange light ! », elle s’en fiche de ton bien-être, elle veut juste que tu consommes, que tu renouvelles tes achats !

Bon allez j’arrête ma parano… Mais pense à moi quand même un peu la prochaine fois que tu arpenteras les allées d’une grande surface !

Ne laisse personne te dicter quoi acheter !

 

Auteure : Amélie Lorier

 



Illustrations :

GraphicMama-team (logo d’introduction « Tribune Etik »)

Junsung Back (aquarelle petite fille)

Pixabay (autres)

Une lecture pour aller plus loin :

La Révolte des Moutons : Consommateurs au Pouvoir (Pascale Hébel), éd. Autrement, 2013.

Facebook Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *